De quelle danse parle-t-on ? de Ilaria Fontana, danseuse en collaboration avec Annie Sébire CPDEPS


De quelle danse parle-t-on ? de Ilaria Fontana, danseuse en collaboration avec Annie Sébire CPDEPS

Danse folklorique, folklore, danse folk, danse traditionnelle, danses traditionnelles du monde, danse trad, danse collective, danse populaire…de quelle danse parle-t-on ?

Nous choisissons de parler de « danse traditionnelle ». Ce terme désigne des danses en groupe (souvent en cercle ou en farandole) d’origine populaire puisqu’elles se dansaient dans les villages, faisant partie d’un ensemble de savoirs venant du passé.

Rappelons que le terme « tradition » vient du latin traditio, qui signifie « action de livrer, de transmettre ». Il est intéressant de constater que le sens étymologique du mot met l’accent sur la transmission des danses à travers les époques et induit ainsi une perspective dynamique et évolutive permettant aux danses de conserver leur côté vivant.

Nous ne considérons donc pas les danses traditionnelles comme des danses figées et immuables qu’il s’agirait d’imiter et de reproduire comme au « bon vieux temps ». L’idée de « tradition » renvoie par ailleurs à la notion d’appartenance à un collectif, une communauté, une région, un pays.

La danse dite « folklorique », terme qui vient de « folklore », mot d’origine anglaise (de folk : peuple et lore : savoir, connaissance), désigne communément aujourd’hui une pratique d’imitation des danses d’autrefois et leur représentation lors de « spectacles » dansés par des « groupes folkloriques ».

Selon Jany Rouger* « le terme a pris une connotation péjorative car il a vite désigné, non pas la réalité de la culture populaire, mais sa représentation, telle que pouvaient la montrer en particulier les “groupes folkloriques”. Et cette représentation, bien souvent, était loin de correspondre à la réalité ! […] danses et musiques fixées de façon immuable quand, dans la réalité des cultures traditionnelles, elles étaient en variation permanente, au gré du talent d’expression de chacun, en perpétuel mouvement, au gré du temps et de l’espace. » Par rapport aux termes « collectif » et « populaire » qui mettent l’accent, pour l’un sur le danser ensemble, pour l’autre sur l’appartenance des danses au savoir populaire, nous avons préféré le terme « traditionnel » qui englobe l’aspect collectif et l’aspect populaire des danses et qui présente un champ sémantique plus vaste et riche.

Le fait d’avoir opté pour le terme « danse traditionnelle » nous situe donc dans le cadre d’une danse de pratique à faire vivre, à adapter, à faire évoluer, voire à enrichir, bref à une danse traditionnelle en mouvement, qui laisse place au plaisir, au partage, à l’échange, à la rencontre, à la convivialité ; et qui se joue dans la tension permanente entre universel et local, tradition et création, individuel et collectif.